Que soigne le SCENAR et y a-t-il des contre-indications ?

De nombreuses questions sur le SCENAR d’ordre théorique et pratique n’ont pas de réponse définitive et la méthode n’est pas la panacée permettant de débarrasser chaque homme de n’importe quelle souffrance. Aujourd’hui, des témoignages sur son utilisation couvrent pratiquement tout le spectre des nosologies de la médecine conventionnelle. Il n’existe pratiquement aucune contre-indication absolue et les contre-indications relatives sont excessivement peu nombreuses.

Quelques statistiques sur l’efficacité de la SCENAR-thérapie

L’efficacité de la SCENAR-thérapie seule est en moyenne de 90% (dans 60% des cas, on obtient une guérison clinique totale et dans 30%, une dynamique positive) [cf. A.N. Revenko, La SCENAR-thérapie, Ekaterinbourg, Maison d’édition « Philanthrope », 2004]. L’effet clinique arrive vite, souvent après la première procédure. On ne remarque pratiquement pas de complications ni d’effets secondaires négatifs. Tout ce qui a été énuméré ci-dessus, ainsi que l’amélioration significative de l’état, de l’humeur et du tonus vital du patient observée lors du traitement d’une « pathologie locale » (« les effets secondaires positifs ») montrent que cette méthode agit, en effet, sur les processus d’autorégulation de l’organisme, en aidant le travail des mécanismes d’adaptation et en garantissant un effet « d’autoguérison » (« aider son corps à s’aider »). TRAITEMENT ou GUÉRISON ?

Que traite le SCENAR ?

Le SCENAR est utilisé à n’importe quel stade lors du traitement des affections :dos

  • du système nerveux (diverses affections de la colonne vertébrale avec des troubles secondaires de l’activité nerveuse, des troubles statiques et dynamiques de la colonne vertébrale, des déformations de la colonne vertébrale ; radiculites, névrites, troubles de la circulation sanguine du cerveau et ses conséquences, maladies du système neurovégétatif, etc.) ;
  • du système osseux et musculaire (myosites, arthrites, arthroses, contusions des tissus mous lors de fractures à un stade différent du processus) ;
  • du système respiratoire (trachéites, bronchites, maladies infectieuses virales des voies respiratoires, pneumonie, pleurésies, asthme bronchique) ;
  • du système cardio-vasculaire (ischémie myocardique, hypertonie, hypotonie, diverses formes d’arythmies), des vaisseaux des membres (endartérites, varices, troubles des microcirculations, ulcères trophiques) ;
  • des organes de la digestion (gastrites, entérites, colites, cholécystites, hépatites) ;
  • du système génito-urinaire (pyélonéphrite, cystites, dérèglements du cycle, ovarites, stérilité, toxicoses chez les femmes enceintes) ;
  • des dents (parodontose, parodontite, suppression des inflammations et complications après une pulpite ou une périodontite, élimination des névralgies).

Contre-indications

  • l’intolérance individuelle (se rencontrant très rarement) ;
  • la présence d’un stimulateur cardiaque chez le patient (il est théoriquement possible que le SCENAR puisse perturber le fonctionnement de l’appareil) ;
  • l’utilisation par une personne ivre pour se soigner (il existe un risque d’aggravation du degré d’ivresse) ;
  • les maladies infectieuses graves dont le diagnostic n’est pas clairement établi (une procédure de SCENAR-thérapie peut modifier l’état du malade et compliquer ainsi l’établissement du diagnostic) ;
  • l’ensemble des symptômes d’un mal au ventre nécessitant de se rendre à l’hôpital ;
  • les maladies psychiques graves.

Toutes ces contre-indications sont relatives.

Le SCENAR est un intermédiaire et un aide sûr pour corriger le bilan énergétique, aider l’organisme à compenser les fonctions perturbées. Sur ce plan, les possibilités de l’organisme sont illimitées. L’effet du SCENAR peut être accentué s’il est combiné à d’autres régulateurs non spécifiques, par exemple la couverture médicale multicouche (réf. OLM – 01). En outre, il est bien de combiner la SCENAR-thérapie à l’homéopathie. En effet, l’homéopathie (qui améliore le travail des processus de rétablissement et de maintien de l’homéostasie) et le SCENAR s’entraident. La SCENAR-thérapie est aussi associée avec succès à l’acupuncture et à la physiothérapie qui peuvent être pratiquées parallèlement. Leur complémentarité avec la SCENAR-thérapie permet de diminuer les éventuelles complications, accélère l’obtention de l’effet clinique et augmente la spécificité de l’effet.