CAS EXTRAORDINAIRES

il est publié dans : «la SCENAR-THÉRAPIE, la SCENAR-EXPERTISE»:  Recueil d'articles. issue 1. – Taganrog, 1999. – p. 8 – 14.

 L'auteur  : Grinberg Y.Z.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

 Les mots clefs : les SCENAR-EFFETS, la SCENAR-thérapie

L'annotation : Dans cet article se trouve le réçit des  «CONTES» de SCENAR  (SKENAR-EFFETS) – ce sont les résultats effectifs et extraordinaires de l'application de la SCENAR-thérapie par les médecins-praticiens chez les malades ( transmis oralement).

UTILISATION DU SCENAR: CAS EXTRAORDINAIRES.

Traduit par KOZYREV Serguei

Corrigé par DESSON Hélène

 

 Ces cas extraordinaires (les effets de SCENAR) – sont des situations d'application de l'appareil, transmises oralement,  qui sont reçus sans nombre suffisant d'études, avant et après  les procédures de SCENAR. Les résultats décrits plus bas n'ont pas la valeur statistique suffisante. Les témoignages de ces effets sont recueillis par les médecins-praticiens.

 Il faut noter que ces cas extraordinaires ont stimulés à un fort degré l'organisation des écoles de la SKENAR-THÉRAPIE et de la SCENAR-EXPERTISE. La première école a été établie en septembre 1992 dans le sanatorium militaire de "Divnomorsky" (Divnomorsky, dans la région de Gelendjik);  et chaque nouvelle école a multiplié des cas extraordinaires de l'utilisation de SCENAR.

Les cas :

 Odessa, le 7 juillet 1994, O.P.Franko est revenue de Sochi après   la première conférence scientifique et pratique de la SCENAR-THÉRAPIE et de la SCENAR-EXPERTISE. Près de la gare, elle est témoin d'un accident : une femme est percutée  par un tramway.

Quand O.P.Franko est près de l'accidentée, le pouls est absent, les pupilles ne réagissent pas, les membres sont froids. O.P.Franko branche l'appareil SCENAR-035-3 à plein force/puissance et réalise un massage de la poitrine. A l'issue, O.P. Franko trouve un pouls, et l'accidentée commence à réagir à l'environnement.

 Le médecin  d'urgence  V.V.Gromyko, arrivant sur le lieu de l'incident, invite O.P.Franko à l'accompagner à l'hôpital, car il n'est pas assuré que sans elle il  déposera la malade en vie. Après l'opération cette patiente est sortie de l'hopital.

Nous parlons du SCENAR toujours comme "une polyclinique dans la poche", en oubliant, qu'il est encore "un secours d'urgence". J.V.Gorfinkel en 1985 a reçu l'appareil, en travaillant comme médecin urgentiste. Il utilisait activement l'appareil à la place des médicaments, des injections etc., pratiquement à tous les cas urgents. Mais revenons à notre sujet.

  Quelques «cas» de J.V.Gorfinkel (Taganrog).

 Une femme, 50 ans, operée au sujet d'une tumeur de l'utérus.

Pendant l'opération on découvre un grand abcès ouvert. Dans le service de réanimation, les médecins  n'ont pas pu normaliser les problèmes faisant suite à la parésie intestinale. Les médecins  pronostiquaient une issue fatale de la maladie en deux jours. Après un traitement du ventre (environ 1 minute), il y eut apparition d'éructations, de mouvements péristaltiques, et des gazs ont commencé à s'échapper. Heureusement pour l'administrateur de la réanimation, la malade s'est réveillée et s'est mise à parler. Elle est sortie d'hospitalisation en huit jours.

Une fille de 14 ans (Iran). On diagnostique une tumeur du cerveau, les parents tentaient tout dans les meilleures cliniques du monde pour éviter une opération. Après quelques SCENAR-PROCÉDURES  - la tumeur a disparu (Depuis ce résultat J.V.Gorfinkel est appelé « citoyen honorable de l'Iran»).

       Une femme de 35 années. Pendant 12 ans, elle souhaita sans succès faire naître un deuxième enfant. Elle fut soignée par SCENAR pour une annexite chronique et la maladie «morbus adhaesivus» . Elle a alors accouché d'un enfant.

Un homme des 40 années souffrait de l'impossibilité de boire de l'alcool depuis 10 ans à cause de fortes réactions allergiques. Il a demandé à ce qu'on lui rende la possibilité d'être "l'admirateur de Bacchus". Après trois procédures ( de la région du foie et de la zone de col) il a bu une bouteille de vodka sans réactions allergiques.

 A.N.Revenko (Taganrog) a raconté un nombre infini des "cas".

Quelques hommes, âgés de 35-40ans, tous atteints d'une cirrhose atrophique exogène du foie et d'une polynévrite. Le foie est plissé, le pronostic défavorable. Un traitement de la colonne vertébrale et des parties distales des membres est réalisé jusqu'à 10 séances ( une séance chaque jour ou deux jours selon les cas).  Quelques cures ont été réalisées en six mois. Les patients vivent jusqu'à 10-15 ans de plus.

Cet homme de 58 ans (le ministre de la construction navale de 1986) a une contracture de l'auriculaire. On lui a  raconté les possibilités de l'appareil. Il a présenté son doigt : "faites, je confierai". Après une procédures de 5 minutes son doigt a recommencé à pouvoir être plié pour la première fois depuis 1 an et demi.

Des femmes de 30-35 ans ( quelques cas) dont le désir d'avoir des enfants ne se réalise pas. Après quelques procédures de la SCENAR-THÉRAPIE, elles ont réussi sans problème.

Dans ce domaine il y a quelques SCENAR-ANECDOTES. Donc, deux femmes de 35-37 ans se soignaient de osteochondrose et... Elles sont tombés enceintes alors que depuis longtemps elles n'arrivaient pas.

Un adolescent de 19 ans, atteint d'une névrite périnatale traumatique du nerf facial, présente une atrophie de la musculature faciale et une absence de l'activité motrice et mimique, il souffre d'une conjonctivite constante. Depuis son enfance, il testait différentes méthodes, sans succès. L'opération se planifiait.

En trois semaines de procédure il y a eu une dynamique positive. À présent,  il ouvre l'oeil. Son sourire n'est pas encore attirant mais l'atrophie des muscles a considérablement diminuée.

I.P.Kalipanova (Rybinsk)

 Un homme de 21 ans, touché par une sciatique droite. Depuis 5 mois il se soignait sans succès chez un neurologue.On observe une atrophie des muscles de la fesse, de la cuisse et la jambe droite; le malade crispe son pied et peut dormir seulement dans la position sur le côté à cause des douleurs. 12 séances plus tard, l'atrophie se réduisait, le sommeil se normalisait, les mouvements redevenaient normaux.

Un homme de 28 ans. Après un accident du travail, la cuisse droite est contractée et  le domaine poplité gauche est blessé avec un endommagement des muscles et des tendons. L'intervention est rapidement passée avec une suture des muscles et des tendons. 15 jours après l'opération, le malade commençait un traitement dans un dispensaire. Mais dans le moyen tiers de cuisse droite on découvre des granulations, le pied gauche est plié sur 60 degrés dans l'articulation fémoro-tibiale, du pus est stocké dans la blessure. Les sutures ne sont pas retirées à cause de l'absence de signes de cicatrisation. Suivant la recommandation du traumatologue, le malade se préparait à l'invalidité de IIème groupe.

Après trois séances de SCENAR-THÉRAPIE la blessure est devenue plus saine, après  cinq séances les sutures ont pu être retirées entièrement. A la septième séance on commença le traitement de la surface derrière le pied gauche.

 Dès la première procédure, le pied s'est redressé. Après 15 séances, le malade a pu marcher sans canne, mais il reste des oedèmes sur le pied.

De bons résultats pour le traitement des mastites et de la mastopathie.

Une femme de 30 ans est orientée vers une opération de la mastite. Sa fièvre est élevée. Après la première procédure,  il y a une dynamique positive. Les procédures ont permis d'éviter l'opération.

Une femme de 24 ans  atteinte d'une mastite de la glande gauche. Elle souffre de fièvre et de douleurs. Les glandes mammaires sont contractées, douloureuses au toucher. Après la première SCENAR-PROCÉDURE la fièvre a baissé, les douleurs se sont réduites, la densité a diminué. Après cinq procédures la femme fut guérie.

Deux femmes se présentaient avec une mastopathie et des altérations fibreuses de la glande mammaire, 5 séances plus tard  les médecins purent décrire un rétablissement complet.

Un kyste de la glande mammaire, deux fois percé pour le pompage du contenu - le rétablissement complet après 7 séances.

 P.P.Chamarakov (Novotcherkassk).

 Une malade de 30 ans. Depuis 3-4 ans elle souffrait d'une névralgie du trijumeau à droite et depuis 2 ans un strabisme divergent s'était développé. Le traitement traditionnel ne donnait pas de résultat. Des aggravations périodiques étaient enregistrées aussi au moment de sa présence dans l'hôpital. Après le traitement unique des points de la sortie du trijumeau et de la zone du cou, (une procédure de 20 minutes) la douleur est passée. Le lendemain le strabisme au regard direct ne s'enregistrait pas. Dans des mouvements extrêmes de l'oeil, particulièrement à gauche, il y avait un petit retard du globe oculaire droit. En tout, la malade présentait une évolution dynamique brusque et positive. En 5 procédures, l'état de la malade était satisfaisant.

Une malade de 26 ans atteinte d'une névralgie du trijumeau. Le traitement domestique par les moyens analgésiques et antiphlogistiques, ainsi que l'appareil CHANS pendant 3 jours n'ont pas eu de résultats. Le traitement simple du niveau cervical de la colonne vertébrale et des points de la sortie du trijumeau (environ 20 minutes) a retiré entièrement les douleurs. Simultanément et successivement au suivi des séances, son sommeil se normalisait (le problème fut stationnaire pendant 8 ans).

Une femme de 45 ans. La varice variqueuse. Après l'application simple du  SCENAR,  les veines ont diminué de deux fois leur volume. Pendant 8 mois, il n'y a pas eu de récidives, malgré les efforts physiques fréquents.

S.V.Pronin (N.Novgorod).

 Une femme de 32 ans atteinte d'une tumeur du rectum et développant une anémie.

La fonction immunitaire est déprimée, elle présente des furonculoses. Au niveau du cou, il y a les cicatrices des interventions chirurgicales de l'ablation des furoncles. La malade a été operée, il y a une dérivation intestinale avec une poche de colostomie. Il y a alors une complication : une hémorragie de l'intestin. Aucun médecin n'ose intervenir. Cette femme est amenée allongée pour une procédure de SCENAR. A partir de la première procédure, l'hémorragie s'est arrêtée (parallèlement la femme acceptait de la shilajit/mumijo/momia). Pour la deuxième procédure elle est venue à pied. Le dynamisme était certain et positif. Son appétit et son sommeil se normalisaient. On remarqua la pigmentation des cicatrices, des capillaires sanguins sont apparus (après l'opération -  tissu chéloïde), dans les huit jours qui ont suivis, les cicatrices ont pris la coloration de la peau. La femme se prépare encore à l'opération de l'intestin.

Un garçon de 12 ans en arrêt de croissance depuis ses 9 ans, il souffrait d'épuisement et d'un vieillissement prématuré de l'organisme (des muscles flaccides (mous), une expression faciale spécifique). Il ne mangeait pratiquement plus. Dès la deuxième procédure, l'appétit s'est normalisé (la nausée apparue après le repas a passé). En une semaine le garçon a grandi  de 6 cm.

Une fillette de 8 ans au caractère fermé, elle parlait seulement avec sa mère. Elle avait des tendances à avoir un caractère complêtement fermé. C'était une dépression avec une baisse d'appétit. Après trois séances de SCENAR-THÉRAPIE, cette enfant a commencé à se sentir plus en confiance. Elle commence à parler aux médecins et avec ses contemporains. L'appétit s'est améliorée, la salivation a diminué. L'état général s'est normalisé .

Une femme de 52 ans atteinte de polyarthrite, clouée au lit depuis 1an et demi. La maladie dure depuis 13 ans. On observe une contracture des muscles et une déformation des articulations. A cause de ses douleurs et de l'insomnie, elle vit avec des médicaments antalgiques. Elle entreprend 14 séances de SCENAR-THÉRAPIE. Dès la première séance, il y a une réduction essentielle de la douleur. Trois séances plus tard, le sommeil est amélioré, l'amplitude des mouvements articulatoires est augmentée. 7 séances plus tard, elle recommence à marcher avec des béquilles, elle peut prendre appui sur ses pieds. Quinze jours plus tard, elle se redresse avec un appui podal complet, le sommeil se normalise, la bonne humeur revient.

Une jeune femme de 24 ans, atteinte d'un myome de l'utérus, (il grossissait depuis 7-9 semaines). En 4 procédures, il y a eu une réjection des tissus cancéreux du corps intérieur de l'utérus. Puis il y a eu une hémorragie locale qui a poursuivi l'évacuation des tissus cancéreux. Cet effet physiologique fut accompagné d'un bon effet psychotrope. La dynamique positive est évidente.

Une femme de 42 ans atteinte d'une sarcoïdose des poumons confirmée. Après 8 séances, la sarcoïdose n'est plus détectée. Les procédures étaient réalisées sur un fond de prise de charbon actif.

O.V.Mizova (Tioumen)

 Une femme de 25 ans. Le diagnostic : l'oedème de Quincke à caractère allergique. On a appliqué le SCENAR ainsi que la couverture médicale OLM-1. Dès la première procédure, l'oedème et les démangeaisons ont diminué. A l'issue de la quatrième procédure, elle est guérie. Un an auparavant, cette patiente avait été traité à l'aide de la médecine ordinaire pendant un mois dans un hôpital.

Une homme de 52 ans. Son diagnostic : ostéomyélite du coude depuis 1982. Après des injections au coude (une suspension d'hydrocortisone), il cherchait des soins auprès des chirurgiens, des neurologues, des traumatologues avec l'usage de médicaments, de laser-thérapie, d'acupuncture. Dès la deuxième séance de SKENAR-THÉRAPIE, sa mobilité articulatoire a augmenté, les sensations douloureuses ont diminuées. 10 séances plus tard, on observe une dynamique considérablement positive.

Une femme de 36 ans atteinte d'un léiomyome utérin, (grossissant depuis 9-10 semaines). Le diagnostic est confirmé par échographie. Après trois séances de SCENAR-THÉRAPIE, la patiente repasse une échographie et la tumeur n'est plus dépistée.

S.F.Posvejinsky (Volgograd)

 Un garçon de 10 ans souffre d'une carie compliquée. Dès les premières procédures il y a un arrêt du procès inflammatoire. Cinq procédures plus tard, il était guéri.

Une femme de 45 ans. Les médecins ont observé une augmentation de la glande thyroïde au 3ème degré. Elle se prépare à être opérée. Au cours du traitement et grâce à l'expertise du SCENAR on découvre des altérations inflammatoires de la mâchoire supérieure. Le traitement par SCENAR a permis d'éviter l'opération.

N.P.Posvejinskaya (Volgograd)

Un homme de 56 ans. Depuis 15 ans, il a une altération de l'activité motrice et tactile de la sensibilité de la paume gauche (15 ans auparavant, il avait présenté des entailles de la partie intérieure de son avant-bras). Après la première procédure il a eu une restitution de sa sensibilité, après six procédures le patient a cessé de se sentir comme un invalide. Un an plus tard, il n'y avait pas de récidives.

Une femme de 45 ans. 2 ans auparavant, elle a supporté une sciatique aiguë, séquellairement elle a souffert de l'absence de sensibilité tactile. Dès la première procédure sa sensibilité s'est rétablie.

Un garçon de 10 ans touché d'infirmité motrice cérébrale (L'IMC) (l'hémiparésie à gauche, torticolis). Depuis sa naissance, il était suivi par un neurologue pour une prise régulière de médicaments et de la physiothérapie. Dès la troisième procédure les symptômes de la parésie disparurent, à partir de la sixième procédure il y eut disparition du torticolis.

Une fillette de 7 ans, souffrant d'une neurodermite incessante depuis l'âge de l'allaitement. On réalise 5 cures au cours d'une année. Lors des aggravations - on appliquait le traitement médicamenteux (non hormonal). En 7 mois, la rémission fut complète sans observation d'un quelconque régime.

I.I.Petrova (St.-Pétersbourg)

 Une femme de 42 ans présentait depuis quelques années le pseudo-syndrome de la maladie Menière à la base des altérations scléreuses (le vertige, l'instabilité, la surdité). A partir de la 10ème procédure les désordres vestibulaires se sont arrêtés.

Un homme de 34 ans. Pendant 17 ans il a souffert d'une polypose. On réalise 10 procédures avant la crise habituelle (habituellement au mois d'août). La crise n'est alors pas observée.

Un homme de 40 ans. Il consulte pour une inflammation des voies urinaires. Pendant les examents on découvre une urétrite de chlamidia. Après 10 procédures, il est rétabli. Le traitement a été réalisé avec l'utilisation conjointe de médicaments. Auparavant de nombreux traitements avec les mêmes moyens, sans utilisation du SCENAR, n'avaient pas eu de succès.

Une femme de 28 ans. Depuis ses 2 ans, elle est atteinte d'une neurodermite et d'un asthme bronchique. Elle suit trois cures de 3-4 procédures chacune. On observe une amélioration considérable des épidermes et l'absence d'aggravation de l'asthme.

Un homme de 27 ans atteint d'un psoriasis depuis l'âge de 17 ans. Il essaya de se soigner plus d'une fois par diverses méthodes, y compris hormonales, avec l'application d'hemosorbtion. Les squames psoriatiques sont partout. Pendant l'utilisation du SCENAR, il y a eu une régression. On travaillait  sur le dos («méthode des trois chemins »), le foie et les glandes surrénales.  Il y a eu une resorption extraordinaire des squames. Trois mois plus tard, il y a eut une récidive (après une crise psychologique). Un traitement ordinaire a ramené à une forte aggravation. Les SCENAR-PROCÉDURES ont amené de nouveau un succès.

V.I.Okhotenko, V.I.Krasikova, M.L.Krasikova

Une patiente souffrait d'une altération de la circulation cérébrale du sang. Un mois après le diagnostic initial, une thrombose de la veine gauche fémorale s'est soudainement développée. Il y avait un oedème exprimé du pied gauche avec une réduction de la pulsation artérielle. On commença tout de suite la SKENAR-THÉRAPIE. Lors du deuxième jour on enregistrait un dynamisme exprimé positif. L'oedème était diminué. Le syndrome douloureux régressait. Le taux de  protrombine avant la procédure était de 96, après la procédure - 74.

Un patient souffrait d'un infiltrat post-injectoire condensé sur 7х8cm (ndlt: car il ne s'était pas dissous). 3 jours après l'injection, les autres traitements n'ayant pas été efficaces, le SCENAR fut appliqué localement. Après 13 applications de SCENAR, l'infiltration restait mais seulement sur  2х1 cm.

Une malade souffrait d'une asthme bronchique depuis 32 ans. Elle est prise pour le traitement au moment de la crise, laquelle ne pouvait être stoppé par des médicaments. En 7 minutes la crise fut arretée. Le traitement était réalisé pendant les périodes de crise. Selon la malade les crises étaient plus fortes que d'habitude, mais elles étaient tolérés plus facilement. Au cours  de la thérapie — il y avait une sortie intense des mucosités. La malade a refusé presque entièrement la thérapeutique intense médicinale. En 20 procédures on a eu un dynamisme évident et  positif.

V.I.Okhotenko 

 Un patient de 36 ans. Le diagnostic : dans un état post-opératoire d'un empyème de la vésicule biliaire, il souffrait d'une gastrite chronique avec une fonction sécrétoire de l'estomac augmentée et une  dystonie végétative-vasculaire. En un an, il fut classé dans la catégorie  des invalides. A l'issue de la deuxième cure de SCENAR le patient retravaillait.

Une malade de 30 ans. Le diagnostic : depuis un an, elle souffre d'une fracture de la grande broche de l'articulation pelvienne droite associée à une névrite du nerf fibulaire. Elle se déplaçait avec une canne. Avant même la septième procédure il y avait un dynamisme positif. Sur la septième procédure il y a eu une  réaction électrophysiologique non ordinaire de l'organisme : l'appareil était bloqué (il travaillait en régime automatique : n'était pas déconnecté très longtemps). La procédure fut très longue. L'état de la malade s'est ensuite aggravé rudement, en étant accompagné d'un fort syndrome douloureux. Cependant à partir de la huitième procédure, le dynamisme redevient vivement positif. Actuellement la malade marche sans canne et ne boite pas pratiquement.

E.N.Tarasova  

Un patient de 34 ans. 2 ans après un traumatisme cranio-encéphalique fermé, il souffrait de maux de tête constants. Il avait arreté entièrement alcool et tabac. Cela n'avait rien changé. Le patient s'était habitué à ce mal de tête constant. La douleur est passée après deux séances, on a fait encore deux séances. Au cours des 2 ans et demi ultérieurs, la douleur ne le  dérangeait pratiquement pas.

Un patient de 70 ans présentait les signes remarquables d'une tendovaginite associé à une hyperhémie et un oedème de  toute la main jusqu'à la région de l'aisselle. Le coude était enflé, la peau chaude marquait une hyperhemie, et les mouvements articulatoires étaient très douloureux et limités. Dans la région gauche de l'aisselle, il y avait augmentation des ganglions lymphatiques jusqu'à 2-3 cm de diamètre, sa température était de 39,6. Le patient refusait catégoriquement de s'adresser au chirurgien.

Les médecins ont ordonné des antibiotiques et une SCENAR-THÉRAPIE quotidienne. 3 jours plus tard, il avait encore une tendovaginite, mais la lymphodénite était devenue locale, et 5 jours après l'oedème du coude était passé entièrement.

Quelques "cas" de différentes sources.

Un garçon de 9 ans, une femme de 52 ans, un homme de 47 ans, un homme de 27 ans. Tous pris d'un mal de dents sous la couronne, et d'une douleur avec une fluxion à la joue pour un des hommes. De simples procédures ou à deux reprises (7-10 min.). Pendant 1-2 mois à la suite, et la douleur ne les a plus dérangé.

Une femme de 29 ans atteinte d'un oedème après un plombage d'une de ses dents. Dès la première procédure, la dynamique fut très positive.

Il y a aussi des cas très intéressants, liés au traitement des contusions.

Un garçon de 9 ans, une fillette de 5 ans portant des oedèmes à cause de contusions. Après une procédure simple, les oedèmes ont disparu, la douleur a cessé, il n'y a pas eu de récidives.

Document de la bibiothèque d'OKB "RITM",
www.elib.scenar.com.ru